Thématique

Thématique 2017

INSPIRATION TADOUSSAC

Tadoussac, ma bien-aimée,

Voilà longtemps que je voulais t’écrire.

Je me souviens de notre rencontre en ces derniers jours du mois de mai. L’hiver s’était enfui déjà mais toi, tu dormais encore : les planches de bois devant les fenêtres, le silence des rues et le vent frette pour seul bec de bienvenu. Mais comme l’ours noir tu te réveillais doucement. Alors nous avons pu faire connaissance. Et je dois te le dire…

Tadoussac, tu es belle. Je me souviens les épinettes agrippées aux rochers et les différentes teintes de bleu, juste en-dessous, là où se mêlent, en un baiser à la fois doux et salé, le Saint Laurent, l’océan et le ciel. Et tous sont là, à la fête, avec leurs noms qui roulent sur la langue : krill et rorquals, kakawis et eiders, mouettes et nyctales, bleuvets, baleines à bosse et marsouins, et même, parfois, la géante bleue ! Les phoques pointent leur tête de curieux, les cormorans saluent le soleil de leurs ailes en croix.

Tadoussac tu es magique : ici, les oiseaux ne sont pas les seuls à gazouiller : jusque dans l’eau on l’entend siffler, le canari des mers, l’éclatant beluga blanc ! Au fond du fjord se cacherait même ton monstre à toi, le requin du Groenland.

Tadoussac tu es fière, aussi : de l’Anse à l’eau à l’Anse à la barque, et de l’autre côté jusqu’à la Pointe de l’Islet j’entends encore le chant des Montagnais, des Abénaquis et des Micmacs, leurs voix mêlées à celles des Basques, des Normands et des Bretons dans la baie. Je vois à l’ancre dans ta rade et sur le Saguenay les navires des Blancs explorateurs.

Et Tadoussac, tu es généreuse. Je l’ai vu dès le premier jour. Tu m’as accueilli, hébergé, là dans tes maisons accrochées aux collines. Derrière les planches aux fenêtres, sous les toits rouges, il y a la vie, il y la chaleur et les sourires de tes habitants, qui font passer l’hiver, qui rendent heureux de la première bordée de neige au soleil de printemps, de l’été jusqu’à ton flamboyant automne.

Tadoussac je me souviens, oui je me souviens parfaitement cet instant où je marchais dans tes rues et où je me suis dit, moi qui ne suis pas né ici, et pour la première fois de ma vie : c’est bon d’être chez soi.

Tadoussac, tu l’auras compris, ceci est une lettre d’amour. Tu me manques quand je suis loin de toi. Saches que je ne t’oublie pas, non, c’est tout le contraire : je n’attends que l’instant de nos retrouvailles.

Texte de Stéphane Antol

—————-

À votre tour, exprimez votre amour pour Tadoussac, vos sensations, vos impressions lorsque vous parcourez les rues du village, lorsque vous marchez sur la promenade, quand brûle le feu de la Saint Jean sur la plage ou que chantent les artistes dans les bars, quand la nature illumine de toute sa beauté les alentours. Faites-nous partager, à travers vos peintures, ce que Tadoussac fait vibrer en vous ! Faites-nous rêver et surtout faites-vous plaisir !

Bon happening !